Le SPAM

Quarante-cinq ans après l’invention de l’email, ce sont 2,6 milliards de personnes dans le monde qui disposaient d’une adresse sur Internet en 2015, dont 1 milliard d’utilisateurs de Gmail et 225 millions de Yahoo. Tous connaissent le spam pour avoir reçu ce type de courrier dans leur boîte de messagerie ou en ont entendu parler. Ce terme désigne à la fois un message électronique envoyé en masse de manière répétée et sa technique d’envoi. Quelle que soit sa définition, le spam est mal vu. Pourtant, tous les spams ne sont pas mauvais et pour faire la part des choses, il convient de faire la lumière sur ce que c’est véritablement. C’est pourquoi nous vous proposons cet article.

Qu’est-ce qu’un spam ?

Le premier spam a été envoyé par Gary Thuerk en mai 1978 à un carnet d’adresses de 600 personnes résident sur la côte ouest-américaine. Dans le mail, il invitait les destinataires à une démonstration de la gamme DEC. L’objectif du marketeur à cette époque était d’éviter d’envoyer un message internet à chaque destinataire. Ainsi, le spam est utilisé pour diffuser de façon massive des informations par messagerie électronique. Il s’agit pour la plupart de messages publicitaires envoyés à des internautes destinataires qui ne les ont pas sollicités.  Un tel courrier contient généralement un message publicitaire. Son utilisation a donné lieu à l’usage de termes annexes comme « spamming », c'est-à-dire "technique d'envoi de spams" ou « spammeurs » désignant des personnes qui maîtrisent le spamming et la pratique.

Spam : de l’outil publicitaire à l’outil malveillant

Son utilisation en masse, associée au fait que le spam est avant tout une méthode de communication non sollicitée, l’a rendu de plus en plus indésirable. Dorénavant, le terme le plus utilisé pour désigner un spam est le « pourriel », né de la contraction entre « pourri » et « courriel ». D’autres l’appellent également « polluriel » dans le but de le décrire comme un message inutile dont la diffusion massive entraîne la pollution des réseaux.

Si le spam est mal vu, c’est surtout parce qu’il est de plus en plus utilisé à des fins malveillantes. Depuis quelques années maintenant, ce type de mail a perdu son identité de contenu publicitaire. Selon le type de spam malveillant dont il s’agit, le but est le plus souvent de vous prendre des informations personnelles via messagerie. On retrouve dans cette catégorie plusieurs types de messages électroniques que nous expliquerons dans la suite.

Les emails de phishing

Également appelés emails d’hameçonnage, ils sont envoyés dans le cadre d’une arnaque. L’objectif de l'expéditeur de ces emails, c’est de soutirer de l’argent, de voler et de revendre l’identité du destinataire sur Internet. La plupart du temps, ce sont des mails demandant au destinataire d’envoyer ces coordonnées bancaires ou de permis de conduire, ses informations de passeport, etc.

Les emails envoyés par les virus

Ils ont l’apparence de mails légitimes envoyés par messagerie électronique, mais contiennent généralement des pièces jointes malveillantes ou des liens qui redirigent le destinataire vers des sites Web dans le but d’infecter son ordinateur et de récupérer ses données d’accès ou ses mots de passe à distance.

Les chaînes de lettres

Ce sont des mails qui demandent au destinataire d’envoyer une copie du message à ses proches, soit pour éviter qu’un malheur lui arrive, soit pour bénéficier d’une bénédiction, recevoir un cadeau ou de l’argent sur Internet. C’est ainsi qu’avec l’effet boule de neige, des canulars informatiques sont propagés en partant d'un expéditeur de base. Ces chaînes peuvent aussi être utilisées pour transmettre à grande échelle des logiciels malveillants ou des publicités virales par courrier électronique.

Le spam, désormais un puissant outil marketing et commercial

Avec la digitalisation, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à utiliser le spam. Selon les chiffres fournis par Statista, les spams ont représenté 50 à 70% de l’ensemble des courriels échangés entre 2014 et 2017. Il n’a donc pas fallu longtemps aux entreprises pour refaire de cette pratique ce qu’elle était originellement, c’est-à-dire un outil au service de la prospection commerciale et du marketing par messagerie électronique.

Le spam est envoyé par des entreprises dans le cadre d’une campagne de prospection. Leur but est de faire connaître leur marque, leurs services ou leurs produits aux consommateurs, d’en faire leurs clients et de les fidéliser. Pour les entreprises, ce type de mail a une efficacité commerciale indéniable, les entreprises ont d'ailleurs recours à des vérificateur d'emails afin de s'assurer le bon envois de leurs campagnes . Il est de plus en plus utilisé comme outil marketing, pour faire connaître aux destinataires des produits proposés à la vente de tous types : produits pharmaceutiques, matériels informatiques, formation, etc. D’ailleurs, une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université de Berkeley et de l’Université de Californie a révélé que le spam avait une rentabilité probante, même si elle a des limites. Seules 28 commandes ont été enregistrées pour 350 millions de spams envoyés pour la vente de produits pharmaceutiques.

Quelles sont les règles qui entourent l’utilisation du spam à but commercial ?

Vous l’aurez compris ! Une entreprise peut utiliser le spam comme outil commercial et marketing sur Internet. Dans ce cas, il peut être considéré comme un email de prospection. Cependant, il faut savoir que la définition et l’utilisation d’emails de prospection ont été codifiées par la Loi pour la Confiance dans l'Économie numérique (LEN) du 22 juin 2004. Pour la protection et la sécurité des internautes, les dispositions de ce texte de loi ont même été complétées le 17 février 2005 par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) à travers des précisions d’interprétation. Au terme de cette loi, deux règles de base s’appliquent à l’utilisation d’emails commerciaux en France :

  • l'opt-in qui tolère l’envoi de spams commerciaux d’abord seulement si le destinataire a donné son consentement, ensuite, s’il peut se désinscrire à son gré et enfin si l’entreprise qui émet le spam s’est clairement identifiée ;
  • l’opt-out qui accepte l’envoi de spams commerciaux seulement si le destinataire bénéficie d’une option de désinscription simple et non payante.

Une entreprise qui souhaite mener une campagne d’email marketing en incluant cette technique se doit de respecter ces deux règles pour la protection et la sécurité de ses clients.

Bien que le spam ait la réputation de mail envahissant ou indésirable envoyé par messagerie électronique, les techniques ont bien évolué ces dernières années sur Internet. Il est aussi indéniable que ce type de courrier a un potentiel commercial et marketing qu’une entreprise ne peut pas ignorer. Cependant, pour que le lien entre le spam et l’email marketing soit bien établi, il est important que certaines règles soient respectées.